Chemin de croix au Mont Thabor dans les Cerces, entre France et Italie

Sommet du Mont Thabor

Le Mont Thabor est situé dans le Massif des Cerces, à cheval entre les départements de la Savoie et des Hautes Alpes et il faisait anciennement partie du Piémont en Italie. Il ferme la Vallée Etroite et c’est l’un des sommets les plus remarquables de la région avec ses 3207 mètres d’altitude et il est accessible à pied comme le sommet du Chaberton à 3131 mètres ou le Pic de Rochebrune.

Le nom, Mont Thabor, pourrait venir d’une montagne du même nom en Israël, lui donnant alors une symbolique religieuse, ou plus simplement à l’origine d’un nom de famille que l’on trouve localement en Savoie. Mais ce sommet accueil tout de même une chapelle, Notre Dame des Sept Douleurs à 3178 mètres d’altitude, avec un chemin de croix, et elle marquait la frontière entre la France et l’Italie jusqu’en 1947.

La rando au Mont Thabor, est un incontournable à faire une fois dans sa vie, que ce soit pour la beauté du panorama au sommet, pour la variété de beaux paysages à la montée avec ses roches colorées ou tout simplement pour parcourir ce chemin de croix insolite et exigeant. Je vous propose une longue journée de marche de 19 kilomètres, soit 8 à 9h pour parcourir les 1450 mètres de devinée. (A éviter trop tôt en saison, car il reste de nombreux névés plutôt pentus).

En randonnée : Le départ se fait depuis le hameau d’alpage des Granges, à 1765 mètres d’altitude, dans la Vallée Etroite, et j’y accède en voiture, en passant par le Col de l’Echelle depuis la vallée de Névache.

Je me gare sur le parking à l’entrée du hameau et je continue à pied, sur la piste jusqu’à atteindre le carrefour au pont de la fonderie quelques kilomètres plus haut. De là, je prends le chemin de gauche vers le refuge des chamois en passant un premier verrou glaciaire. Des sentes permettent d’éviter la piste tout le long, en serpentant dans la forêt.

Arrivée au niveau du refuge de la maison des chamois (2078m), je découvre les traces d’une exploitation minière, avec un accès au sous-sol et d’un ancien moteur, assez proche de celui du col des Rochilles dans les Cerces.

Je continue sur le chemin de montée et au sommet du verrou glaciaire se trouve un premier temple religieux de plein air, avec une Vierge, une grande croix et un autel afin de célébrer des messes offrant une vue superbe sur la vallée, dans les brumes du matin.

Je continue la montée en longeant la rivière sur les hauteurs dans un alpage peuplé de nombreuses vaches et taureaux blancs. Puis, j’atteins la passerelle du Prat du Plan à 2200 mètres d’altitude. Je quitte alors le marquage du GR pour prendre à droite, le vallon du diner. Le chemin monte continuellement au-travers de pelouses alpines sur d’ancienne moraines sablonneuses.

Je continue cette longue montée, tout d’abord le long du torrent et j’aperçois quelques marmottes qui me surveillent. Je fais une petite pause vers les 2500 mètres d’altitude, pour reprendre des forces avec un café et un croissant, au pied des falaises du Grand Séru.

Je reprends cette montée continue pour rejoindre le col des Méandes (2727m) où l’on rejoint le GR pour attaquer une longue montée rocailleuse en direction du sommet. Le chemin passe à proximité de 3 croix métalliques, sur cette dernière section qui est plutôt désertique.

Apres plusieurs ressauts, j’arrive à un dernier col et je découvre la montée sommitale vers la chapelle sur un sol composé de sable morainique, mélange de quartzite jaune clair et de roche verrucano de couleur rouge ou violacée. Un premier point de vue sur le massif des Ecrins me permet de découvrir La Meije sous un autre angle.

J’arrive enfin au sommet, et à la chapelle Notre Dame des Sept Douleurs, après 4h de montée continue ! Cette chapelle est située à l’Est du sommet principale, mais elle se voit depuis le bas de la vallée ! La chapelle étant en très mauvais état, il est interdit d’y entrer.

La chapelle actuelle date du XVe siècle, mais les vestiges d’un baptistère primitif ont été mis à jour, lors de fouilles. Des moines avaient donc occupé ce sommet, dès le IVe siècle, et à diverses périodes de l’histoire. Par la suite, il y a eu de nombreux pèlerinages pour le sommet, comme pèlerinage de « substitution » au Mont Thabor en Israël. Mais l’accès et les conditions météorologiques étant difficile, la chapelle fut abandonnée des moines. Elle dépend toujours du diocèse de Suse en Italie.

Je continue les derniers mètres pour rejoindre le sommet du massif et voici le panorama depuis Le Mont Thabor, ce magnifique sommet qui domine toute la région !

Je descends par le même chemin qu’à l’aller avec ces superbes paysages.

Arrivée en bas, je fais une halte afin découvrir le hameau des Granges, qui est une enclave Italienne en France ! Nous sommes dans la Vallée Etroite (Valle Stretta) dont le bas de la vallée est en Italie et la partie haute appartient à la France, suite au traité de Paris en 1947. Le col de l’Echelle étant fermée en hiver, cette vallée est surtout habitée et visitée par des italiens !

Venez passer quelques jours dans le sud du département des Hautes-Alpes pour découvrir la région afin de visiter la ville de Briançon ou en randonnées pour le tour des arrêtes de la Bruyère, les 5 lacs des Cerces, le sommet du Chaberton ou le Pic de Rochebrune, les forts de l’Olive ou de Lenlon et le fort de l’Infernet mais aussi pour passer un Week end  autour du lac de Serre Ponçon.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

panorama sur le massif des Ecrins

Un commentaire sur “Chemin de croix au Mont Thabor dans les Cerces, entre France et Italie

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s