Rando pour le Pic de Rochebrune, entre Queyras et Briançon

Le Pic de Rochebrune

Sommet mythique des environs de Briançon et du Queyras, le Pic de Rochebrune estsitué au Nord Est du département des Hautes Alpes en région Alpes-Provence-Côte-d ’Azur et culmine à 3320 mètres d’altitude.

De par sa silhouette élancée et son isolement, c’est le sommet le plus remarquable de la région, et nous l’avons tous admiré aussi bien depuis les basses vallées que de toutes les hauteurs environnantes comme depuis le sommet du Chaberton, ou du Mont Thabor et c’est aussi le panorama incontournable de la vallée de La Guisane.

Ce massif est constitué de calcaire dolomitique sur un sous-bassement de schistes lui donnant une apparence sombre, d’où son nom de Pic de Rochebrune !

Randonnée incontournable, je pars à la découverte de cette montagne tant convoitée, avec environ 1200 mètres de dénivelé, pour 6h de marche et 10km en aller/retour depuis le col de l’Izoard. C’est une rando plutôt difficile car le sommet est accessible avec des passages en escalade aérienne et un équipement (casque, baudrier, corde) est vivement conseillé… Car sans équipement, on reste sous le sommet !

Je me rends donc au col de l’Izoard en voiture et découvre les pierriers de la casse déserte avec des ruiniformes gigantesques ! C’est aussi un des grands cols de la route Napoléon qui est situé à 2361 mètres d’attitude et c’est le rêve de nombreux cycliste mais je croise aussi des hordes de motards….

J’aime partir tôt le matin afin de profiter du calme et de l’ombre avant le lever du soleil et depuis le col de l’Izoard, je pars en direction du col perdu, juste 100 mètres plus haut. Arrivée à ce premier col, le magnifique panorama sur le vallon et le pic de Rochebrune s’offre à moi !

Je découvre un immense pierrier, ce qui me laisse imaginer la suite de la journée, une randonnée dans la caillasse et les blocs rocheux et avec très peu de végétation !!!! juste quelques fleurs de rocaille qui survivent au froid et à la sècheresse du lieu.

Je descends du col dans ce qui est la pelouse alpine du circuit, avant de débuter la longue montée continue pour le col des portes. En chemin, j’admire les nombreux blocs qui se dessinent en ombre sur le ciel, des tours et des silhouettes au milieu de ce chaos minéral et plus haut, je découvre un abri dans la falaise…

Après plus de deux heures de montée, j’atteins enfin le col des Portes, situé à 2915 mètres d’altitude. C’est le moment de prendre des forces, avec un café chaud et un croissant pour continuer !

Depuis le col, la montée est plus raide, la sente se perd au milieu des gros blocs plus ou moins instables, des pierres roulent et c’est de plus en plus aérien… une cordée d’italiens m’a rejoint, ainsi que deux jeunes hommes en pleine force de l’âge et c’est à la queue leu leu que nous atteignons la brèche sous les falaises du sommet sur notre Gauche. Nous arrivons au bas de la corde à nœuds. Les italiens s’encordent et commencent par faire des longueurs sécurisées et les jeunes se préparent… Et deux autres personnes arrivent, elles ne sont pas équipées, comme moi, je me décide de redescendre directement, ce qu’ils feront eux aussi !

Je prends le temps d’admirer le paysage lors de la descente en cherchant le meilleur itinéraire au milieu des blocs et ressauts rocheux. La crête des Oules se dessine sous mes pieds, avec d’un côté le panorama sur les sommets du Queyras et de l’autre le massif des Ecrins avec les glaciers de Pelvoux, des Ecrins, des Agneaux, de L’Homme….

Je repars pour le col de l’Izoard par le même chemin, mais il est possible de faire une boucle en descendant par le Lac des Souliers mais avec plus de 300 mètres de dénivelé positives en plus !

Venez passer quelques jours dans le sud du département des Hautes-Alpes pour découvrir la région afin de visiter la ville de Briançon, Le fort de Château Queyras ou la forteresse de Mont Dauphin. Ou en randonnées que ce soit pour le fort du Chaberton, le fort de l’Infernet ou pour le sommet du Pic du Morgon,  Le Serre du Mouton ou un Week end  autour du lac de Serre Ponçon.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

Col de l’Izoard et le Refuge Napoléon

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s