Gruissan, une tour, un port et des chalets entre plages et marais de l’Aude.

Gruissan et la Tour Barberousse

La station balnéaire de Gruissan est située dans le département de l’Aude en Occitanie entre la mer méditerranée et les étangs de Gruissan et le l’Ayrolle, et à seulement 15 kilomètres de Narbonne dont elle est séparée par le massif de la Clape.

Cette petite ville d’environ 5000 habitants, s’est développée en différents quartiers au cours de l’histoire, avec le vieux centre urbain autour des ruines de l’ancien château, le quartier des Chalets, le port moderne, la station balnéaire et le village des pêcheurs sur l’étang de l’Ayrolle.

Au cœur d’une région très ensoleillée avec 300 jours de soleil par an, elle est aussi très ventée avec pour vent dominant la tramontane, pour le plaisir des adeptes de sports nautiques tels la planche à voile ou le kitesurf.  C’est donc tout naturellement que l’économie de la région est basée vers le tourisme balnéaire et sportif, tout en conservant une production agricole avec des vignobles réputés, une exploitation de sel et des marais salants, de la pêche et de l’ostréiculture.

Voici une petite balade au cœur de la douceur de vivre de ces différentes ambiances de bord de mer, avec un peu d’histoire, du patrimoine naturel et construit, des balades de bord de mer et un centre conchicole pour déguster des huitres autour d’un ver de vin de la région !

Panorama sur Gruissan

L’histoire de la ville est liée à l’archevêché de Narbonne car la ville était située sur les anciennes rives de l’Aude qui donnait un accès à la mer au grand port de la cité, mais qui s’est ensablé par la suite au XVe siècle.

Dès le Xe siècle, le château de Gruissan est mentionné afin de défendre les accès maritimes pour la cité des archevêques, ainsi que pour défendre la population des nombreuses attaques pirates. Ce lieu stratégique était convoité et il fut au cœur de nombreux conflits que ce soit pendant les croisades ou les guerres de religion au XVe siècle. En parti détruit, le château sera abandonné au XVIIe siècle et servira de carrière lors de la reconstruction des maisons du village à ces pieds.

Aujourd’hui, les ruines de la Tour Barberousse sont classées aux monuments historiques et elle est le symbole du village.

Gruissan le village : le vieux village date du XIe siècle avec des maisons auto-défensives construites sur les rues circulaires autour du château et de l’église. Le tout est dominé par la Tour Barberousse, du XIIIe siècle, qui est le principal vestige du château. Son nom fait référence aux fréquentes attaques des musulmans sur le littoral depuis le Xe siècle (Barberousse était un célèbre pirate de l’Empire Ottoman du XVIe siècle). Point le plus haut du village, c’est ici que je commence ma visite afin d’avoir un aperçu sur les environs et les différents quartiers de la ville.

Au pied de la tour, l’église de Notre Dame de l’assomption date du XIIIe siècle. Sa voute est en forme de cale de bateau et ses fenêtres sont des meurtrières défensives. Sont maitre Autel est en marbre rose, donné par le dernier archevêque de Narbonne, et le clocher est une ancienne tour de guet. C’est l’une des plus anciennes constructions de village et elle a conservé son aspect défensif. L’accès de l’église se fait par la Place Louis Rachou qui était autrefois, la place principale du village.

En face, j’aperçois la colline du Pech et je décide de m’y rendre, toujours à la recherche d’un point de vue sur le vieux centre. Cette colline abritait 5 moulins au-dessus du vieux cimetière de la ville et je découvre les ruines d’un moulin, ainsi que le vieux four à pain qui fut en partie restauré. Cette colline offre un magnifique panorama sur la région et quelle fut ma surprise de voir quelques blockhaus de la seconde Guerre mondiale, survivants d’une histoire face à l’urbanisation et à la construction de résidences confortables.

De retour au centre-ville, Je continue ma balade dans les ruelles commerçantes, puis je me dirige vers le vieux port.

 

Je continue en direction des marais Salants de l’Ile Saint Martin, qui sont situés sur l’étang de l’Ayrolle et sont toujours en activité avec un espace d’accueil et de visite, une boutique et des restaurants.

Pour le déjeuner, la chaleur me donne envie de découvrir le bord de mer et je pars pour la plage des Chalets afin de déguster des huitres au centre conchicole.

Le Quartier des Chalets : Ce quartier est unique avec des chalets de bois sur pilotis. Au XIXe siècle, des familles de la région venaient s’installer sur la plage pour profiter des bienfaits des bains de mer et dans les années 1860, ils commencèrent alors, à construire des cabanes de vacances sur pilotis afin de résister aux tempêtes hivernales venant de la mer. Dans les années 1920, la commune rachète les parcelles et construit des premiers lotissements rudimentaires sur ces zones inondables, puis dans les années 70, le quartier sera reconstruit, plus haut et avec une alimentation en eau et le tout à l’égouts lui faisant ainsi perdre son charme initial avec la nécessite de construire sur pilotis.

Aujourd’hui de nouveaux chalets complète le village faisant au total plus de 1300 chalets et une balade de bord de mer est aménagée avec une digue ce qui entraina l’aménagement des rez-de-chaussée des chalets. Ce quartier donne directement sur une magnifique plage qui est le lieu de rassemblement des planches a voiles et des kites à l’automne.

Je continue ma balade avec le quartier du Port de Gruissan. Ce port de plaisance verra le jour dans les années 70 suite aux grands travaux du XXe siècle avec l’aménagement touristique du littoral et la mission RACINE, l’architecte principal était Raymond Gleize. Les particularités de ces constructions, sont les toitures arrondies en béton armés, elles ont la forme de dune, ce qui a permis une grande économie de tuiles, comme pour les toitures typiques du sud de la France. Cette architecture de loisir, influencée par les constructions du Maghreb, devait permettre aux vacanciers de se sentir en voyage.

Gruissan deviendra alors l’une des principales stations balnéaires de l’Aude et le port est aujourd’hui labellisé patrimoine du XXe siècle.

Pour la fin de journée, je pars pour la plage Nord de Gruissan en longeant l’étang de Mateille et sa base nautique. Cette plage est sauvage et en zone protégée et c’est le lieu idéal pour admirer les levers de soleil sur la mer, mais aussi pour profiter des sunsets.

N’hésitez pas à venir profiter de la région pour vous balader pour découvrir le village de pécheurs sur l’étang d’Ayrolle, la Chapelle des Auzils dans le massif de la Clape. De plus, la tramontane étant très présente dans la région, les stations balnéaires sont connues pour être très ventées et pour accueillir de grands évènements de planches à voiles ou de kitesurf.

Eclaircie sur Gruissan

Et dans les environs, je pars découvrir, Narbonne, l’Abbaye de Fontfroide, et randonne dans le massif de La Clape . Leucate n’est pas loin non plus et plus au Nord, on peut visiter la ville de Sète, la Camargue avec la ville de Aigues-Mortes ou la Réserve ornithologique du Pont de Gau et les Saintes Maries de la Mer  ou Le Grau du Roi et une balade autour de Fonquevaux et visiter l’Abbaye de Saint Gilles ou de découvrir le cirque de Navacelles ou la vielle cite de Saint Guilhem-le Désert.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

Sunset sur Gruissan

4 commentaires sur “Gruissan, une tour, un port et des chalets entre plages et marais de l’Aude.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s