Balade dans les villages du Queyras, Molines et Ceillac dans les Hautes Alpes.

maisons traditionnelles en fustes de Molines en Queyras

Le Queyras est une région, située au Nord des Hautes Alpes et des villes de Gap et de Embrun et qui s’étend de Guillestre sur toute la vallée du Guil. Avec ces grands espaces sauvages et la diversité de sa faune et de sa flore, ces hautes vallées furent classées en Parc Régional Naturel du Queyras en 1977. De par sa situation, le Queyras bénéficie d’un bel ensoleillement avec une lumière intense due à l’altitude et situé au carrefour des différentes influences climatiques, les hommes y vivent à plus de 2000 mètres d’altitude dans les plus hauts villages d’Europe et ce de façon permanente.

Région frontalière avec l’Italie, le Queyras est situé sur les voies de communications qui ont permis de nombreux échanges avec l’Italie et cela depuis l’antiquité…lieu de passage mais aussi lieu de conflits, la forteresse de Chateau Queyras fut élevée afin de défendre les basses vallées des incursions ennemies par les cols alpins.

Mais l’Hiver, la région restait très isolée car les cols d’Agnel et de l’Izoard sont fermés et c’est ce qui lui a permis de conserver son authenticité que ce soit dans le quotidien de la population, ou dans l’habitat et le paysage. De plus les longs hivers ont favorisé l’alphabétisation précoces des populations dès le XIXe siècle, mais aussi le métier de colporteur qui influencera les exodes du XIXe siècles vers le nouveau continent. Le renouveau se fera avec le développement d’un tourisme raisonné et la construction de petites stations de ski.

Je pars à la découverte de ces villages à l’architecture traditionnelle avec une visite de Molines-en-Queyras et de Ceillac qui sont des départs pour les belles randonnées comme le pain de Sucre ou le lac miroir.

Molines en Queyras : son nom vient du mot moulin car il y avait de nombreux moulins à eau le long de l’Aigue Agnelle afin de transformer les cultures de céréales de la région. Le village se compose de plusieurs hameaux en direction du col d’Agnel dont le magnifique village de Fontgillarde.

Ces hameaux ont la particularité d’avoir encore de nombreuses fermes avec le soubassement de pierre sur lequel repose un chalet en rondins empilés. En se baladant dans les ruelles, on peut admirer ces nombreuses maisons en fustes de mélèzes sur plusieurs étages avec plusieurs balcons qui permettaient le séchage des récoltes. Certaines bâtisses ont plusieurs siècles et sont répertoriées sur l’inventaire général des monuments historiques

Je découvre au cœur du village, le four à pain communale, qui est encore en activité et permet aux habitants de se retrouver pour quelques fournées dans l’année. Les pains étaient stockés sur des étagères où ils durcissaient et on le mangeait trempé dans la soupe et cela tout au long de l’hiver.

Puis je fais une halte à l’Eglise Saint-Romain, avec sa tour clocher qui ressemble davantage à une tour défensive. L’église est fermée mais je peux admirer les deux cadrans solaires, datant du XIXe siècles qui ont été réalisés par le célèbre fresquiste italien, Zarbula.

La partie basse du village, est un voyage dans le temps, entre les grandes fermes de fustes et quelle surprise de découvrir une villa en pierre, datant du XIIe siècles avec sa baie géminée surmontée d’un masque, et plus bas une seconde villa a elle aussi une baie géminée !

Je repars en voiture pour rejoindre Ceillac et je découvre une unique demoiselle coiffée sur la route.

Ceillac : est situé à 1640 m d’altitude. Le village est composé de plusieurs hameaux dont certains ont été déplacés suites aux destructions de grandes crues du torrent Cristillan.

Je fais un petit tour dans la rue principale qui regroupe les principaux commerces du village, dont la mairie qui date du XVIe siècles, et le vieux bourg s’est développé le long de cette rue avec des maisons de pierre aux Rez-de-chaussée voutés.

En face, je découvre l’église de Saint Sébastien qui est ouverte, elle date du XVIe siècles et a été de nombreuses fois remaniées au cours de l’histoire. Le cœur abrite de belles fresques avec sur la gauche un tableau retraçant la vie de Saint Sébastien ainsi qu’un retable en bois doré et un baptistère en pierre datant du XVIIe siècle. A l’extérieur, la façade est décorée d’un cadran solaire et le plus remarquable et le clocher mur avec cinq cloches.

Un peu plus haut, au Pied du Melezet, s’est développée la petite station de ski et c’est aussi le départ de magnifiques randonnées, avec le lac miroir et la chapelle du lac Sainte Anne.

Le Queyras, c’est aussi de nombreuses spécialités culinaires et de nombreux fromages que l’on peut acheter à la coopérative de Vieille-ville. Alors n’hésitez pas, venez découvrir ces belles vallées authentiques, les villages, des randonnées magnifiques et de belles fortifications !

Venez passer quelques jours dans le sud du département des Hautes-Alpes pour découvrir la région afin de visiter le Queyras, avec château Queyras, la forteresse de Mont Dauphin et découvrir la ville de Embrun. Ou en randonnées que ce soit pour le lac miroir, la tête de Girardin, le pain de sucre, le Pic de Rochebrune, le lac du soulier ou pour le sommet du Pic du Morgon, et pour finir avec un Week end  autour du lac de Serre Ponçon.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

lac miroir sur les hauteurs de Ceillac

2 commentaires sur “Balade dans les villages du Queyras, Molines et Ceillac dans les Hautes Alpes.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s