Patrimoine du XXe siècle, La Grande Motte cité à l’architecture unique.

Les pyramides de La Grande Motte

Située au sud de Montpellier, dans le département de l’Hérault en Occitanie, La Grande Motte est une ville moderne dont le projet de 1965, répond à la nécessite d’élever une station balnéaire et de profiter des belles plages de sables blanc de cette région.

Grande œuvre de l’Architecte Jean Balladur, cette cité moderne fut construite ex-nihilo, dans une zone naturelle et marécageuse de bord de mer, la première tranche de cette ville nouvelle fut inaugurée en 1974 et peut accueillir aujourd’hui plus de 100 000 touristes par an.

Elle a obtenu le label Patrimoine XXe siècle en 2010, comme espace urbain remarquable.

Je vous invite pour une balade dans les différents quartiers de la ville, et je profite du calme de l’hiver pour découvrir les sites les plus remarquables et de gouter à la douceur de vivre d’une ville élevée pour le bien-être de l’homme et où, on se sent bien.

Cette cité idéale, est un ensemble architectural unique en France, au même titre que l’œuvre de Le Corbusier avec la ville de Chandigarh en Inde, ou la ville de Brasilia de Oscar Niemeyer au Brésil. C’est le rêve et l’œuvre de toute une vie, pour l’architecte Jean Balladur qui travaillera plus de 30 ans sur ce projet, afin de donner une personnalité architecturale sur l’ensemble de la ville, aussi bien pour l’habitat, l’église, les ponts, les fontaines, les parcs, les espace administratifs ou commerciaux ou pour le mobilier urbain.

Sur plus de 400 hectares, on découvre une même unité esthétique architecturale avec pour principale influence, les pyramides du site précolombien de Teotihuacan. Implantée dans une zone désertique, entre l’Etang du Ponant et l’Etang de l’Or, de nombreux arbres ont été plantés et les formes des principaux bâtiments furent étudiées ainsi que leur emplacement afin de freiner les vents dominants et d’améliorer les conditions de vie de la cité.

Pour la construction, le béton est à l’honneur, car il résiste très bien au climat maritime, il est économique et très facile à produire sur place, de plus il est possible de le mouler afin de lui donner des formes courbes et très variées.             

Tout a été fait pour se déplacer à pied ou à vélo dans cette ville, qui est divisée en 2 quartiers, avec d’un côté, le Levant avec les pyramides, qui représentent le Yin et l’activité, et de l’autre, Le Couchant avec une architecture en courbes avec des conques de Venus, c’est le Yang, et par ailleurs, de nombreux symboles sont disséminés dans l’architecture de la cité. Lors de la découverte de la ville, j’ai pu admirer les incontournables, parmi lesquels :

Le point Zéro : premier quartier, il fut construit en 1967, alors que le site était inhabité, et il évoque un poisson posé sur le sable de la plage. Un jardin accueille des œuvres sonores pour répondre aux vents.Joséphine Chevry s’occupera des décors sur la plage du Point Zéro, ils furent agencés pour empêcher la plage d’avancer sur les bâtiments et sont en partie enterrés par le sable aujourd’hui.

La grande pyramide : emblématique de La Grande Motte, qui avec ses 15 étages, domine toute la ville. Ce bâtiment, dont la forme est entre le bonnet d’évêque et la pyramide, a trois façades, dont une est orientée vers le quartier du couchant, une autre sur le port et la dernière sur le centre-ville. Elle fait le lien entre les différents quartiers et fait aussi référence au Pic saint Loup. Albert Marchais réalisa le jardin des médailles au pied de la grande pyramide ainsi que le bestiaire des figures de proue face au port de plaisance et de nombreuses sculptures dans la ville.

La Place des trois pouvoirs, avec le pouvoir spirituel et l’église, l’hôtel de ville pour l’Etat et le centre culturel qui représente le pouvoir du peuple…. et au centre une grande fontaine.

L’église Saint Augustin, date de 1975, elle constituée de deux courbes autour d’un espace intérieur et extérieur et forme un ovale dans le ciel qui abrite les deux cloches de la ville. L’artiste Ilio Signori produira le mobilier en Bronze et en 1995 Jacques Loire réalisa les vitraux.

La passerelle des lampadophores, à l’ouest de la ville, c’est celle qui accueille les visiteurs venant de Montpellier. Des veilleurs, 12 personnages masculins et féminins, supportent les éclairages. Au total, il y a 6 passerelles piétonnes dans la ville, elles participent à l’animation architecturale et facilitent les déplacements pour les itinéraires piétonniers. Il ne faut pas manquer les trois passerelles des escargots nous incitant à flâner, ou la passerelle des abimes la dernière de la ville. Michèle Goalard, peintre et sculpteur travaillera sur les décors, le mobilier urbain ainsi que sur les passerelles ainsi que pour les personnages de l’entrée de la ville au Point Zéro.

Le quartier du couchant : c’est le quartier féminin et les bâtiments sont tout en rondeur soit en bonnets d’évêques soit en conque de venus autour d’un jardin intérieur avec piscine et jardin luxuriant. C’est le quartier du repos donnant directement sur les plages.

Place des anciens d’Indochine et place du Cosmos, ce sont des places du quartier du couchant. La place d’Indochine abrite des sculptures/fontaine/douches afin de se rincer avant de rentrer dans son logement ou pour les campings. La place du Cosmos est quant à elle, plus ésotérique et représente l’univers avec une boule rouge au centre d’un grand jardin.

Le Palais des congrès : il fut construit en de 1983, afin de développer l’offre pour un tourisme d’affaires, il est également de Balladur. Il a la forme d’un galet, ce qui est très différentes des pyramides !

Lorsque l’on découvre une ville moderne, il faut prendre le temps, afin d’apprécier les plaisirs de la ville et d’oublier la brutalité du béton armé lors de la première impression…. Par la suite, on découvre et on apprécie le bien être de ces cités, complètement conçue pour l’homme. Alors n’hésitez pas à faire une petite pause pour venir découvrir ce patrimoine unique en France.

Et dans les environs il y a de belles excursions avec, un week-end au Grau du Roi ou un Noel à Aigues-Mortes ou pour découvrir d’autres balades autour de Fonquevaux et visiter l’Abbaye de Saint Gilles, découvrir la ville de Aigues-Mortes ou la Réserve ornithologique du Pont de Gau et les Saintes Maries de la Mer  ou Le Grau d Roi et de profiter des grandes étendues de sables blancs ou le long des marais.

sunset sur La Grande Motte

Merci pour la lecture de mon blog !

Texte et photos ©COQ Catherine

4 commentaires sur “Patrimoine du XXe siècle, La Grande Motte cité à l’architecture unique.

  1. Super article ! Dommage que vous ne parlez pas du quartier du Ponant/Golf, c’est pour nous le plus beau quartier de La Grande-Motte, loin des pyramides et qui montre un vrai contraste avec le bitume du centre ville.
    Nous allons écrire un article sur vivre à La Grande-Motte prochainement, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil et nous dire ce que vous en pensez ! (https://evasionetvoyage.com)

    J'aime

    1. Merci pour votre commentaire, mais ce qui m’interresse dans cette ville, c’est son ARCHITECTURE unique et personnellement je trouve moins interressant un quartier residentiel…. et surtout j’aime l’image!

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s