INTERCULTURALITE, RESPECT ET TOURISME

C’est l’interaction entre des personnes porteuses de cultures différentes et qui se rencontrent lors de voyages touristiques ou à plus petite échelle avec l’immigration. Avec un tourisme de plus en plus croissant cet échange, avec d’un côté les touristes et leurs multiples provenances et de l’autre une population locale, n’est pas sans conséquence et comment est-il possible de promouvoir un tourisme durable dans un dialogue interculturel ?

 En 2020, le tourisme est la plus grande migration mondiale avec 1500 millions de voyageurs par an et 25% du flux touristique se situent dans le bassin méditerranéen. Les écologistes et les anthropologues dénoncent une destruction des modes de vie des populations locales et de l’environnement par une certaine saturation touristique qui varie et se déplace en fonctionne des modes et des évènements politiques.

L’origine du tourisme débute avec les pèlerinages religieux du XVIIIe siècle vers des lieux saints, il se développera au XXe siècle avec l’apparition des congés payés, le développement des moyens de transport qui permettent d’aller plus loin et en sécurité, à quoi s’ajoute une croissance économique des pays capitalistes et une croissante concentration urbaine, le tout rendu possible par la stabilité politique des pays émetteurs et récepteurs.

Ce sont les tours opérateurs qui vont organiser l’offre et la demande touristique avec un changement dans les mentalités car une nouvelle place est faite pour les loisirs, la consommation et le voyage devient alors un bien complémentaire à acquérir.

Les touristes, qui sont-ils ? Ils viennent de pays différents, de classes sociales différentes et ont des aspirations différentes, avec pour seul point commun le désir de rompre la routine en choisissant de vivre une vie différente tout en participant à la vie économique d’une région.

Ce qui est complètement diffèrent du mélange de culture due à l’immigration. Le tourisme permet une interaction entre les différentes mentalités ou valeurs et il commence avec l’élaboration du voyage et se concrétise avec le voyage en lui-même et avec pour but, celui d’acquérir de nouvelles expériences enrichissantes dans la vie. Ces rencontres restent assez superficielles et très variées et ne peuvent être référencées car elles sont trop diverses, mais on retrouve toujours un certain déséquilibre entre le touriste en vacances et la population locale qui travaille pour l’accueillir… ce dernier peut alors penser que le touriste est riche et que l’on se doit de l’exploiter en vendant son hospitalité et ses traditions. Mais sans hospitalité, il ne peut y avoir de tourisme.

Le tourisme permet aussi la connaissance, le croisement de divers identité culturelles et peut aussi être un échange économique non destructif des ressources locales avec un respect pour la diversité. Une nouvelle conception du voyage plus authentique, basée sur l’hospitalité des populations locales, peut neutraliser l’inégalité des richesses si le touriste s’intéresse aux traditions et aux productions locales de ses hôtes. Il est donc très important et même nécessaire de transformer l’offre touristique vers un produit plus personnalisé et humain, où la rencontre interculturelle se ferait dans un échange d’égalité.

Textes et photos de COQ Catherine

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s