Venezuela – Mon coup de cœur, quelques jours dans le ranch de Hato El Cedral

Venezuela – Réserve de Hato El Cedral

Cet immense Ranch d’une superficie de plus de 53 000 hectares, est une réserve naturelle pour la faune et la flore, mais aussi une exploitation agricole écologique au cœur des immenses plaines marécageuses de Llanos, située dans l’Etat de Apure, au Venezuela. 

En novembre 2017, j’ai passé quelques jours au cœur de ce ranch, qui abrite aussi un l’hébergement tout confort avec des bungalows, le tout est un peu vieillissant dû au manque de voyageurs dans le pays. En plus des nuitées, j’ai eu la chance de faire des excursions avec un guide afin d’observer les différents animaux qui cohabitent avec les hommes et non sans danger pour nous ! Et j’ai envie de partager avec vous la magie de ce lieu unique au monde où les animaux sauvage, côtoient l’homme et des animaux domestiques.

Cigognes noires

Les Llanos sont d’immenses savanes inondables la moitié de l’année, où vivent aussi bien une faune sauvage mais aussi plus de 20 000 têtes de bétail, avec vaches, des zébus et des buffalos et plus de 320 espèces d’oiseaux dont de nombreux rapaces. Au cœur de la réserve, j’ai rencontré de nombreux animaux sauvages dont des caïmans à lunettes, crocodile de l’Orénoque, des iguanes, des tortues et des Capybaras. Beaucoup sont visibles lors d’excursion en bateau dans les nombreux canaux qui sillonnent le domaine.

Il y a environ 7 km de route entre l’entrée de la réserve, et le campement, et j’ai eu tout le loisir d’observer de nombreux animaux sur la route, dont des cerfs (avec un magnifique cerf blanc) et lesCapybaras (petits cochons d’eau originaire d’Amérique du sud et qui est la base de l’alimentation pour les caïmans et autres animaux sauvages comme pour les anacondas). J’ai pu aussi observer de nombreux rapaces, des chouettes, des cigognes noires en plein ébats amoureux et de nombreuses espèces d’oiseaux colorés que je ne connaissais pas.

Troupeau de Zebu au sunset

L’hébergement est composé de quelques bungalows individuels disposés autour de la piscine et d’une unité centrale pour la cuisine et salle de restaurant où l’on retrouve les portraits des hommes importants du pays, avec Simon Bolivar, Chavez et le dernier au pouvoir : Maduro qui comme on peut le remarquer, se considère au même niveau que les deux prédécesseurs. Pour les repas, j’ai mangé aussi bien de la viande de capybara en ragout que les piranhas grillés que j’avais pêchés dans la journée, avec comme souvent le même accompagnement, composés de quelques légumes, du riz et des bananes grillées comme tous les jours au Venezuela !

Hato El Cedral est aussi un village entier de personnes qui travaillent sur le domaine avec de nombreuses installations pour vivre en autonomie dont une école, la ferme et son abattoir où l’on tue régulièrement une vache pour nourrir tout ce monde. Il y a aussi une nurserie pour de l’élevage de tortues et de caïmans afin de sauvegarder ces espèces. De nombreux animaux vivent au contact des hommes et directement au cœur du village et c’est aussi une zone avec de très grands arbres qui hébergent de nombreux oiseaux à la tombée de la nuit. Le coucher du soleil est d’ailleurs le moment le plus extraordinaire de la journée, lorsque de nombreux oiseaux se rassemblent pour passer la nuit dans les grands arbres du campement, dans un boucan assourdissant, avec de nombreux Ibis, des Aras, des cigognes et tous ceux dont on ne voit que des silhouettes. Il est aussi interdit de se promener la nuit en dehors du campement, car la nature est très dangereuse pour l’homme avec de nombreux caïmans autour des bungalows.

C’est aussi une flore qui m’est inconnue …  et de nombreux capybaras camouflées dans les buissons, ce qui m’a aussi permis de voir un anaconda le ventre plein !

C’est un lieu hors du temps, hors du pays, avec ses propres règles et ses propres dangers et où l’homme est une proie comme les autres. Mais c’est aussi la beauté d’une harmonie entre sauvage, élevage et l’homme.

Quels beaux moments de partage et quelle magnifique nature. Le Venezuela est idéal pour le tourisme qui ne permet plus de faire vivre les populations locales, et pourtant tout est là, les infrastructures, les guides formés, la nature, la faune et la flore et je vous conseille vivement de venir découvrir les beautés de ce pays et accompagné de guides. Vous n’avez aucun risque à découvrir le Delta de l’Orenoque, les montagnes des Andes avec le village de Los Nevados, Merida en multi-activités et pour les plus sportif, le trekking de 6 jours au Roraima.

Texte et photos ©COQ Catherine

Un commentaire sur “Venezuela – Mon coup de cœur, quelques jours dans le ranch de Hato El Cedral

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s