Castellane, aux portes des gorges du Verdon 

Castellane protegee par Notre Dame du Roc

Visite de Castellane et montée pour la Chapelle de Notre-Dame du Roc

Au Sud du département des Alpes-de-Haute-Provence et à 724 mètres d’altitude, Castellane est situé sur la Route Napoléon, entre Digne-Les-Bains et les Gorges du Verdon. Au cœur de la région Provence-Alpes-Côte-D’azur et au carrefour des voies de communication entre la Provence et les Alpes du Sud, Castellane est la plus petite sous-préfecture de France.

Intégrée au Parc Régional du Verdon, ainsi que dans la Reserve Naturelle Géologique de Haute-Provence, cette petite ville de moins de 2000 habitants marque le début des Gorges du Verdon, et permet de découvrir le grand canyon, de rejoindre la corniche sublime et la route des Crêtes pour La Palud-en-Verdon, mais aussi de faire de la randonnée, de l’escalade, du rafting, du canyoning et de nombreuses autres activités en eaux vives.

Je vous propose de découvrir cette charmante cité de caractère, avec une balade dans ses ruelles aux façades colorées et une montée pour la chapelle de Notre-Dame du Roc, qui 200 mètres plus haut, offre un magnifique belvédère sur le début des Gorges du Verdon.

Par la suite, je vous mènerai à la découverte des plus belles randonnées des Gorges du Verdon, avec le sentier Blanc Martel et le Sentier de l’Imbut.

Casttellane aux porte des Gorges du Verdon

Castellane, un peu d’histoire :

Les grottes de la région furent habitées dès le néolithique et les sources salées du bord du Verdon étaient déjà exploitées avant que la région intègre la Province Romaine en 14 av J-C. Au Ve siècle, la cité abritait le siège d’un évêché, puis au IXe siècle, les habitants se déplacèrent plus haut, derrière le Roc, afin de se protéger des incursions sarrasines. Le haut du rocher, abritait alors un château fort qui protégeait Petra Castellana, le rocher fortifié, créant ainsi 3 lieux d’occupation, le château sur le rocher, le castrum à mi-hauteur et le bourg situé au bord du Verdon.

Au Moyen-Age, la ville passa successivement entre les mains des Ducs d’Anjou, puis au Comté de Provence, et avec sa situation stratégique, au carrefour des voies de communication entre la Provence et les Alpes et entre la méditerranée et la Durance, la ville percevait le péage du pont qui permettait de traverser le Verdon. Au XVe siècle, le bourg du haut fut complètement abandonné, puis la cité fut rattachée, avec la Provence, au royaume de France, et Louis XI fit alors, raser le château du Roc.

Le XVIe siècle voit éclater les guerres de religion avec de nombreuses attaques venant des protestants, et au XVIIIe siècle, l’armée Austro-Sarde envahie la Provence et Castellane, lors de la guerre de succession d’Autriche. La cité fut de nouveau au cœur des conflits lors de la Révolution.

De 1800 jusqu’en 1926, la ville fut la sous-préfecture du département des Basses-Alpes, statut qu’elle retrouva qu’en 1942, sous le Régime de Vichy. C’est aussi à cette période que le barrage de Castillon fut construit puis avec le nouveau barrage de Chaudranne, ils marqueront le début d’une nouvelle économie, orientée vers le tourisme.

Aujourd’hui, Castellane, situé sous la retenue d’eau de Castillon, pourrait être inondée et détruite en moins de 15 minutes en cas de rupture du barrage !

Visite du centre historique de Castellane :

Cette charmante petite ville, aux allures provençales, ne peut que vous séduire, avec sa porte surmontée d’un campanile de fer forgé, le tout dominé par le rocher et Notre-Dame du Roc, dont la silhouette se remarque de loin et fait partie intégrante de la ville.

Je débute ma visite en longeant la rue principale avec la bibliothèque et l’Office de Tourisme, afin d’entrer par la porte principale.

La porte de l’horloge de Castellane :

Ou porte Saint-Michel, fait partie des remparts et de la protection de la ville. Une première tour à machicoulis fut élevée au XIVe siècle, puis transformée en beffroi au XVIIIe siècle, elle fut alors surmontée d’un campanile de fer forgé. C’est la plus grande tour des fortifications de Castellane, avec plus de 20 mètres de hauteur, et c’est aussi un des symboles de la ville.

L’Eglise Saint-Victor :

Je longe une première ruelle étroite et l’Eglise Saint-Victor, qui date du XIIIe siècle, et qui est fermée aux visites. Elle est située au cœur du quartier historique et son clocher est remarquable.

L’église du sacré cœur :

C’est l’église paroissiale actuelle, elle date du XIXe siècle, et elle est consacrée à Notre-Dame. Son intérieur est de style néo-gothique.

Les Fortifications de Castellane :

Face à l’église, l’enceinte et les tours se devinent dans les façades de certaines maisons et on les imagine facilement. Entre le XIIe et le XIVe siècle, avec la nécessité de se protéger, de nouvelles fortifications ont été élevées. Ce système défensif était composé d’un mur d’enceinte et de 14 tours carrées, le tout dominé par le donjon pentagonal.

La porte de l’horloge ou porte Saint-Michel et la porte des Petardiers, étaient les deux portes qui permettaient d’entrer dans le bas de la cité, et le système défensif était complété de machicoulis. Sur le haut, la tour pentagonale protégeait la ville et l’accès pour Petra Castellana et le château du Roc.

La porte de l’horloge et la seconde porte des entrees basses de Castellane

Montée à Notre Dame du Roc qui domine Castellane :

La chapèle de Notre-Dame du Roc domine la vallée à 930 mètres d’altitude. Lieu de pèlerinage pour les habitants de Castellane, on y accède par un chemin de croix au départ de l’église du sacré cœur. Ce chemin rocailleux est long d’environ 1km, pour 200 mètres de dénivelé, et est en plein soleil. Il est donc recommandé d’être bien chaussé et d’emporter de l’eau avec sois. La chapelle est un site naturel classé, qui offre un magnifique point de vue sur Castellane et le début des Gorges du Verdon.

Une première chapelle fut élevée au XIIIe siècle, puis détruite lors des guerres de religions, elle fut reconstruite en 1590 et remaniée au XVIIIe siècle, pour être enfin restaurée au XXe siècle. L’intérieur abrite de nombreux ex-voto du XIXe et XXe siècle.

Le sommet du Roc, abritait également le château des seigneurs de Castellane et il fut détruit par Louis XI lors de l’entrée de la Provence dans le royaume de France. En face, de la chapelle, je découvre le bas d’une statue de la Vierge, qui a été foudroyée en 1970, détruisant sa tête.

Les ruines de Petra Castellana :

Ancien lieu d’habitation, la cité fortifiée de Petra Castellana était cachée derrière le rocher qui était dominé par le château fort du Roc. Aujourd’hui il ne subsiste que les ruines de cette ancienne ville fortifiée, et on peut les visiter en descendant de Notre-Dame du Roc.

Cette cité était protégée par un rempart dont il reste des murs et les vestiges de tours, et il y avait probablement trois portes, dont la porte Ouest est encore visible et permet d’accéder au site. Les ouvertures dans ce grand mur et les trous de boulins, laissent penser que des maisons d’habitation étaient adossées contre le mur du haut.

Dans le bas, il subsiste les ruines de l’église Saint-André, datant du XIIe siècle, c’était l’église paroissiale de Petra Castellana avant que les habitant descendent petit à petit vers le bourg du bas. Par la suite, le site fut utilisé pour les cultures car le terrain était déjà en terrasses.

Je continue ma descente vers la ville, les remparts et la Tour Pentagonale, et je prends le temps de découvrir la flore qui s’éveille, avec des iris nains, des fritillaires et des primevères en fleur.

 La Tour Pentagonale et les jardins de la Tour de Castellane :

J’arrive au Bourg du bas de Castellane, et l’enceinte du XIVe siècle, par le pied de la tour pentagonale qui domine tout cet ensemble. Elle fut construite avec cinq pans, afin de s’adapter au terrain tout en se raccordant au mur d’enceinte.

J’entre alors par une porte à l’intérieur de l’enceinte, et je découvre les jardins de la tour qui sont aménagés en terrasses.

Je continue la descente et je découvre des boulets dans un jardin. Ces boulets de pierre, pesaient environ 40kg chacun, et ils ont été retrouvés sut le site de Petra Castellana. Les fouilles ont permis de déduire que ces boulets avaient été catapultés afin de détruire la cité de Petra Castellana.

De retour dans la ville, je termine ma balade par la place Marcel Sauvire avec toutes ses nombreuses terrasses pour se rafraîchir, avec d’un côté la mairie et de l’autre, le grand hôtel du Levant.

En fin de journée, je pars à la découverte du magnifique site géologique dans la vallée de siréniens avec des fossiles d’anciens mammifères marins. Ce site est protégé par la Reserve Naturelle Géologique de Haute-Provence comme la dalle des ammonites autour de Digne les Bains.

Road trip et randonnées dans les Alpes de Hautes Provence et dans le Verdon :

Venez passer quelques jours dans la région du Parc Régional du Verdon, et randonner sur le Sentier Martel ou pour les plus chevronnés : le sentier de l’Imbut puis partir sur la boucle du lac de Quinson afin de se détendre et enfin parcourir la corniche sublime et découvrir Moustiers-Sainte-Marie.

Merci pour la lecture de mon article de blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

porte de l’Horloge, symbole de Castellane

2 commentaires sur “Castellane, aux portes des gorges du Verdon 

Les commentaires sont fermés.