Découverte de l’estuaire de la Loire, du bac du Pellerin à Paimboeuf

Jardin étoilé de Paimboeuf sur l'estuaire de la Loire
Paimboeuf et le jardin Étoilé de la Biennale Estuaire

Road Trip autour de l’Estuaire de la Loire :

Situé dans le département de Loire Atlantique, l’Estuaire de la Loire est une zone humide et inondable qui subit la fluctuation des marées de l’Océan Atlantique. Appartenant à la Bretagne historique, l’embouchure de ce grand fleuve, est aujourd’hui en région pays de la Loire, avec au Nord, la ville de Saint Nazaire et 6 sites Seveso, dont la deuxième raffinerie de pétrole française et le plus grand terminal méthanier d’Europe. Cette zone de marais est protégée afin d’éviter l’extension des zones industrielles sur ce territoire, que je vous propose de découvrir en road trip.

 Voici une balade autour de l’estuaire de la Loire, au départ de Savenay, en passant par Saint Etienne de Montluc, afin de traverser la Loire en voiture par le bac du Pellerin, et de longer le canal de la Martinière pour rejoindre Paimboeuf et emprunter le grand pont de Saint Nazaire pour terminer cette boucle.

Visite de Saint Etienne de Montluc :

De bon matin, mon premier arrêt est à Saint Etienne de Montluc, afin de boire un café, au centre, face à l’église Saint Etienne, du XIXe siècle.

C’est l’abbaye cistercienne de Buzay qui fit la richesse de St Etienne de Montluc en aménageant les environs avec des canaux et des écluses pour faciliter la navigation vers la Loire et par le drainage des terres afin d’obtenir plus de prairies et de pâturages.

Je prends le temps de me balader dans les ruelles de cette ville devenue aujourd’hui une extension de Nantes.

Traversée de la Loire par le Bac du Pellerin :

Je continue pour Couëron et le bac le Pellerin afin de traverser la Loire avec ma voiture !  Cette traversée me rappelle le grand bac qui traverse la Baie de Kotor au Monténégro, ou les plus petits comme le bac du Sauvage en Camargue, et celui de la Ouaième en Nouvelle Calédonie !

Visite du village de Pellerin :

Je recommande une pause au village « le Pellerin » qui était un avant-port de la ville de Nantes. Son nom vient du latin, le pèlerin, lieu de passage, car la traversée de la Loire, était une étape sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Le XIXe siècle voit l’afflux de nombreux travailleurs avec la construction du canal de la Martinière et ses quais étaient aussi connus des pêcheurs de civelles au printemps.

Je me balade dans les ruelles aux maisons typique de pêcheurs et je fais une pause autour des remarquables Halles qui datent du XIXe siècle. Elles furent successivement salle des fêtes, cinéma et retrouva une activité de Halles après la rénovation de 2003.

Je continue jusqu’à l’église de Notre dame du Pellerin, de style néo-gothique, qui est fermée lors de mon passage. Plus bas, l’Hôtel de ville était l’ancien hôtel de la marine du XVIIIe siècle, et c’est ici que logeaient les armateurs et capitaines des navires qui étaient de passage.

Le Canal de la Martinière :

Je repars en voiture pour le Canal de la Martinière. Le canal fut construit au XIXe siècle afin de faciliter le transport fluvial jusqu’à Nantes et d’éviter les bancs de sable qui se déplacent sur la Loire. Il a fallu 10 ans de travaux gigantesques, pour rejoindre les abords de Paimboeuf, à environ 15 km de là ; sur 55 mètres de large, il fut construit avec et des espaces pour que les navires puissent se croiser et de plus de 5 mètres de tirant d’eau. Trois machineries seront ajoutées, équipées de bouilleurs, elles servaient à faire fonctionner les écluses.

Il n’a réellement été utilisé qu’une vingtaine d’année, jusqu’en 1913, et avec des bateaux de plus en plus grands, le port de Nantes s’est aussi déplacé à Saint Nazaire. Durant la Seconde Guerre Mondiale, les allemands le condamneront en le transformant en cimetière de bateaux, puis il servira de base militaire de l’OTAN jusque dans les années 1970. Aujourd’hui, le canal est un lieu de promenade et de pêche, de plus ce système hydraulique permet de réguler les marais bretons.

Ma première pause est au début du canal, avec une écluse donnant directement sur la Loire et qui abrite également une œuvre de la biennale d’Art contemporain :  le bateau mou Misconceivable d’Erwin Wurm. Ce bateau entre canal et fleuve, cherche à rejoindre la Loire ! Cette biennale Estuaire abrite une œuvre à Lavau et le jardin de Paimboeuf.

Plus loin, je traverse le pont des champs neufs, qui une structure métallique, type Eiffel, avec une seconde machinerie aux abords et au loin je découvre les cheminées du site de Donges, qui apparaissent entre les nappes de brouillard.

Visite de Paimboeuf et du jardin étoilé :

Je continue pour une dernière pause à Paimboeuf. Au XVIIe siècle, Paimboeuf était un avant-port pour la ville de Nantes, pour les bateaux de fort tonnage et c’est ici que les marchandises étaient transférées sur des bateaux plus petits afin de rejoindre Nantes. La citée s’est alors développée très vite et les chantiers de Paimboeuf verront naitre de nombreux navires, dont la frégate « La Méduse » en 1810 (celle du radeau de la méduse).

L’aménagement du port de Saint Nazaire mettra fin à l’activité portuaire de Paimboeuf et l’économie se portera alors sur une usine chimique lors de la première guerre mondiale puis la ville produisit le plomb pour l’essence et cette dernière usine ferma en 1996.

Je débute ma balade dans Paimboeuf, par les quais pour rejoindre la rue centrale, qui reste gaie et colorée, même sous la pluie.

Puis je rejoins la chaussée neuve et le phare de Paimboeuf, qui est le seul phare dans les terres, à plus de 10km de l’océan. Il date du XIXe siècle et il est toujours en activité. Il fut construit sur la chausse du XVIIIe siècle  qui permettait les chargements et déchargements des marchandises.

Je continue pour rejoindre le jardin étoilé de Paimboeuf, de l’artiste Kinya Maruyama et il fut réalisé lors de la biennale de l’Estuaire en 2007, l’architecture du jardin est influencée par la constellation de la grande Ourse et les quatre points cardinaux. Ce jardin de bord de Loire est remarquable et offre un beau point de vue sur les quais de la ville.

Plus loin, je découvre l’église Saint-Louis, de style néo-byzantine, du XIXe siècle. Je suis surprise de découvrir une telle architecture dans la région ! Le chœur de l’église abrite l’Autel de l’ancienne Abbaye de Notre Dame de Buzay (avant l’incendie qui détruisit l’église lors de la Révolution) et la coupole est magnifique, et me fait oublier la pluie dehors !

Je termine cette journée avec un retour sur Savenay, en traversant le grand pont de Saint Nazaire. Depuis Savenay, il est aussi possible de découvrir les marais à pied en se rendant à Lavau sur Loire, ce qui complète la visite de l’Estuaire de la Loire.

Visite de Savenay :

Suivez ce lien, afin de découvrir Savenay et de se balader dans les marais de bord de Loire et autour de Lavau sur Loire.

N’hésitez pas à venir découvrir la région avec la visite de Saint Gilles en Vendée, ou le patrimoine XXe de Saint Nazaire, Rochefort en Terre, de la forteresse de Guérande, le château de Noirmoutier, les marais de l’estuaire de la Loire ou ramasser des palourdes au passage du Gois, et se balader autour de Rochefort en Terre.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine

Un commentaire sur “Découverte de l’estuaire de la Loire, du bac du Pellerin à Paimboeuf

Les commentaires sont fermés.