Roussillon en Provence, le sentier des ocres

Roussillon, le sentier des ocres

Situé entre les villes d’Avignon et de Apt, dans le département du Vaucluse en Provence, Roussillon est une étape sur la route des plus beaux villages de Provence.

Second village le plus visité du Luberon après Gordes, Roussillon est un village perché sur un éperon rocheux, composé de grès coloré, qui servit de carrière pour l’extraction des ocres. Toute la richesse de Roussillon repose donc sur les ocres, avec plus de deux siècles d’exploitation et pour l’attrait touristique qu’il représente aujourd’hui. De plus, les sites géologiques du territoire des ocres, sont intégrés dans le Parc Régional du Luberon avec Roussillon, Gargas, Villar et Rustrel, ce qui représente le plus grand gisement au monde.

Une pause est obligatoire afin de flâner dans le village et de découvrir ses couleurs changeantes, puis de parcourir le sentier des ocres pour admirer la magie des couleurs naturels de la région. Le prix est de 3 euros par adulte en 2021.

Pour l’histoire :

Dès le Moyen-Age, un château est mentionné sur le rocher et la population vivait essentiellement de l’agriculture et l’élevage.

Au XVIIIe siècle, Jean Etienne d’Astier, originaire de Roussillon, découvrit un procédé pour l’extraction de l’ocre, avec le lavage du sable, la décantation et le séchage des boues obtenues. Ensuite une cuisson permet de faire varier la couleur en fonction de la température.

C’est alors le début de l’Age d’or de Roussillon, avec l’exploitation des carrières d’ocres jusque dans les années 1930.  L’ocre laissera son empreinte sur les façades du village qui ne sont pas en simple pierre sèche comme dans les environs.

En balade :

Je débute mon tour du village en montant pour le castrum et je passe sous le beffroi qui est orné d’un cadran solaire et surmonté d’un campanile, c’était l’entrée de l’ancienne fortification.

J’arrive à l’Eglise Saint-Michel qui date du XIe siècle mais fut de nombreuses fois remaniées. Sa façade actuelle, date du XVIIe siècle, mais l’intérieur a conservé sa voute en plein cintre du Moyen-Age et je remarque les fonts baptismaux baroques, encadrés d’un baldaquin de marbre rose.

J’arrive sur le haut du village qui offre un beau point de vue sur la vallée et je devine le village de Gordes au loin. Je continue ma déambulation dans les ruelles sinueuses où les façades varient du jaune au rose ou au Bordeau.

Je me dirige vers le début du parcours du sentier des ocres, soit environ 1h de marche au milieu des pins d’Alep, des chênes ou des pins maritimes, végétation typique des sols sablonneux. Les teintes, de la roche, varient du jaune au violet en passant par les rouges. Ce sentier évolue au travers d’un paysage façonné par l’homme lors de l’exploitation de l’ocre, puis il a subi l’érosion de la pluie, laissant des cheminées de fée et autres formations étranges. Cette courte boucle me laisse rêveuse les pieds sur un sol orangé !!!

Ces couleurs changent en fonction de la lumière et du soleil et même avec un ciel couvert, les couleurs de ce site m’émerveillent. J’aurais aimé continuer par la visite des mines souterraines de Gargas, mais il faudra attendre le printemps pour la réouverture du site.

N’hésitez pas à venir découvrir la région avec les villages de Provence, avec Lourmarin, Gordes, ou Ménerbes ou visiter Apt et randonner dans les environs, avec Le Mourre Negre, les ocres de Rustrel, les gorges de Veroncle et Buoux.

Merci pour la lecture de mon blog ! Texte et photos ©COQ Catherine