Isère – La Côte Saint-André, ville de Hector Berlioz

La Cote Saint Andre lors du festival Berlioz en 2019

La Côte Saint-André, est située entre Grenoble, Lyon et Valence dans le département de l’Isère en Auvergne-Rhône-Alpes. Capitale de la Bièvre, elle est bâtie sur le versant ensoleillé et domine toute la riche vallée agricole, de plus sa situation, au carrefour des échanges commerciaux entre le Dauphiné et la Savoie, entre les montagnes et la vallée du Rhône, a participé au développement et à l’enrichissement de la cité, avec la construction d’églises, de châteaux et forteresses aussi bien dans le vieux centre que dans les environs.

Lieu de naissance du grand compositeur Hector Berlioz, elle se place aujourd’hui comme le berceau de la musique Berlozienne et elle fut aussi la ville d’adoption du peintre Jongking, précurseur de l’impressionnisme.

Cette petite ville vous charmera aussi bien par ses paysages, son centre historique, que pour la qualité des concerts et des expositions qui y sont proposés.

Cette grande plaine fut, de tout temps, habitée, comme en atteste la présence du Tumulus de Rival où fut découvert un char de l’Age de Bronze. Dès la fin du XIe siècle, un village va se construire autour d’une première église dédiée à Saint André, ainsi que de la riche demeure fortifiée des Bocsozel. C’est aussi la période où les moines font construire les canaux (Biel ou Beal) afin de capter les sources dans la colline, ce qui permettra la construction de moulins et une bonne irrigation des cultures. Et il y a eu jusque cinq moulins dans le centre de La Côte Saint-André. Située sur les axes commerciaux entre Dauphiné et Savoie, elle passera entre les mains du Duc de Savoie qui fera bâtir le château au début du XIIIe siècle. Puis en 1355, elle sera rattachée au Dauphiné et au Royaume de France.

Au XVe siècle, Louis XI qui appréciait particulièrement chasser dans les forêts avoisinantes fera de nombreux séjour dans le château et c’est une période faste pour la région, jusqu’aux guerres de religions. Puis, il faudra attendre le XVIIIe et XIXe siècle pour un nouvel Age d’or avec le développement de petites industries ainsi que pour l’agriculture et notamment avec le vignoble réputé de la région.

Aujourd’hui, la renommée de la ville est basée sur l’agriculture, le tourisme, et surtout avec le Festival Berlioz qui se déroule au mois d’aout et qui accueille des orchestre symphoniques et musiciens du monde entier.

Se balader dans le vieux centre, est un voyage dans le temps en lui-même, et je pars admirer les façades des maisons et hôtels particuliers afin de reconnaitre les divers styles du XI, XVI et XIXe siècle.

Au cœur de la ville commerçante, les rez-de-chaussée accueillent les échoppes ou des ateliers pour les artisans avec de grandes baies pour éclairer les intérieurs, avec au-dessous de belles caves enterrées pour stocker les marchandises aussi bien celles des marchands qui venaient pour les foires de La Côte Saint-André que pour conserver la production locale.

La maçonnerie des murs est une alternance de briques et de galets, car on utilisait les matériaux locaux comme avec le réemploi des briques suite à la démolition des remparts du château au XIIIe siècle.

L’église Saint André date de 1088, de style Roman, et fut de nombreuses fois remaniées, surtout au XVIIIe, où elle fut agrandie. Les vitraux méritent une grande attention en comparaison à l’austérité de cette église. Devant l’église, j’observe l’obélisque du monument au mort qui est surmontée d’un coq qui chante la victoire

Le château Louis XI, date de 1260, et il fut bâti sous Philippe de Savoie. Il sera abimé au XVIe avec les guerres de religions, puis reconstruit au XVII par la famille Saint Paul. Par la suite, Il sera acheté par la commune en 1906 et sera transformé en école jusque dans les années 70. Il abrite aujourd’hui l’école de musique et il abrite la grande scène pour le festival Berlioz.

Plus bas, l’ancien château et hôtel particulier des Bocsozel date lui du XIe siècle, avec sa tour octogonale.

Au centre, la Halle Médiévale date du XIIIe siècle, avec ses 76 mètres de long sur 29 mètres de large, c’est l’une des plus grandes Halles de France de cette période. Elle se déploie sur 5 travées pour accueillir chacune d’elle, un corps de métier. Sa structure a très peu changé au cours de l’histoire et elle abrite, encore de nos jours, le marché les samedis et jeudis depuis 1773. Elle se transforme aussi le temps du festival Berlioz et j’ai assisté à des concerts dans ce décor unique.

Le Musée Hector Berlioz, se situe dans la maison de naissance du grand compositeur. Elle date de 1680, et elle est au centre du vieux village et avec une façade sur rue et la cour est à l’arrière. Vendue et transformée en brasserie, elle sera rachetée par la commune et deviendra un musée en 1935, et que l’on peut toujours visiter.

Après la visite du centre historique, je prends ma voiture pour découvrir les ruines du château de Bressieux, situe à l’opposé de La Côte Saint André, il domine lui aussi la plaine de la Bièvre. Ancien château fort du XIIIe siècle, il fut construit en briques roses et il est possible de visiter librement les ruines et monter dans son donjon. Classé monument historique, il sert de décor pour des films ce qui ne me permis pas de monter au sommet du donjon !

Je continue sur la route, pour visiter l’église de Châtenay dédiée à la Vierge, située elle aussi dans la riche plaine de la Bièvre, elle date du XIXe siècle. C’est Theodore Combalo, jeune prête originaire du village, qui récolta les fonds afin de reconstruire une église pour son village. L’extérieur est très sobre avec une façade en tuf, ce qui contraste avec l’intérieur richement décoré avec des peintures murales éblouissantes. Par la suite ce prête commanda un carillon de 18 cloches et qui a survécu lors de la révolution française, ce qui en fait le plus vieux carillon de France. Il fut restauré en 1994 puis classé monument historique et il est possible de venir l’écouter.

En allant visiter Saint Antoine l’Abbaye, je découvre l’église Saint Jean-Baptiste de Roybon, du XIXe siècle, de style néo-Romane, elle fut construite avec des matériaux plus économiques où alternent briques et galets, très typique pour la région, elle ne manque pas d’allure !

N’hésitez pas à venir découvrir cette région, avec la visite de Saint Antoine l’Abbaye, ou  le Palais du facteur Cheval ainsi que le Festival de musique classique de Berlioz qui a lieu au mois d’aout et merci pour la lecture de mon blog !

Orchestre des Sciecles, lors du festival Berlioz en 2019

Texte et photos ©COQ Catherine

Le Chateau lors du festival Berlioz

Un commentaire sur “Isère – La Côte Saint-André, ville de Hector Berlioz

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s