NOUVELLE CALÉDONIE – Parc de la rivière Bleue

foret immergée du barrage de Yate

Située à 50km au sud de Nouméa, Le Parc provincial de la Rivière Bleue couvre une superficie de 22 000 hectares, incluant les bassins de la rivière Bleue et de la rivière Blanche, d’anciennes exploitations forestières et minières ainsi qu’une partie du barrage hydroélectrique de Yaté, son point culminant est à 1250 mètres alors que le lac est à seulement 160 mètres d’altitude. Ce terrain très accidenté et varié, regroupe différents types d’environnement, allant de la forêt tropicale humide, aux forêts sèches en passant par d’anciens terrains miniers, ce qui lui permet d’abriter une biodiversité exceptionnelle avec 75% de la végétation qui est endémique.

C’est un lieu idéal pour les balades et randonnées, aussi bien à pied qu’en VTT ou en Kayak, avec des excursions allant de la demi-journée à plusieurs jours.

C’est avec mon amie Gwen que nous partons à la découverte du Parc de la rivière Bleue avec au programme, quelques balades à pied et avec la chaleur nous privilégions les forêts tropicales.

Nous débutons sur les hauteurs du parc, à la recherche du grand Houp (Montrouziera cauliflora), arbre endémique que l’on trouve au cœur de la foret humide et qui peut atteindre 30 mètres de haut et dont le bois, sacré pour les Kanaks, est utilisé pour les décors des cases traditionnelles tels les chambranles d’entrée et flèche faîtière… Nous avançons dans une végétation dense où se mêlent araucarias, pandanus, fougères arborescente, lianes, niaoulis, chênes gomme, houps, kaoris… et le vol de grands papillons bleu rendent le lieu encore plus magique. On pourrait s’attendre à voir surgir un cagou dans le sous-bois car il y en a plus de 700 dans le parc.

Plus bas, dans le maquis minier, nous ne manquons pas d’admirer les nombreuses fleurs sur ce sol pauvre et aride, constitué d’oxyde de fer et de chrome. Avec des plantes carnivores comme les nepenthes, dont les gourdes attendent que des insectes se prennent au piège. Plus à découvert, les boucles rouges des Grevillea gillivrayi se balancent dans le vent, mais aussi les Deplanchea sessilifolia dont les fleurs ne sont pas encore ouvertes et de magnifiques Dragophyllum très communes en Nouvelle Calédonie. Et la reine des fleurs se présente à nous, de grandes orchidées blanches et violettes, l’Eriaxis rigida dont le nectar très sucré attire de nombreux insectes.

Nous terminons cette journée dans le décor majestueux et très colorée des forêts immergées par la construction du barrage hydroélectrique, dont les troncs, de chênes gommes au bois imputrescible, continuent d’animer ce paysage remarquable.

Parc de la rivière Bleue

Ce Parc est un incontournable, qui vous permet de découvrir une grande variété de paysages typique de cette fabuleuse île, mais aussi son patrimoine minier du temps des grandes exploitations de chrome et si vous avez encore plus de temps, remontez la Rivière Bleue pour se baigner dans les marmites de géant ou encore admirer les Petroglyples en forme de spirale, témoignage d’occupation très ancienne de l’île.

La Nouvelle Calédonie, c’est aussi de nombreux trésors, avec pour point de départ Nouméa et il est possible de faire un road trip sur la grande terre!

Texte et photos © COQ Catherine

Dragophyllum

3 commentaires sur “NOUVELLE CALÉDONIE – Parc de la rivière Bleue

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s